J'avais annoncé une mutation de ce blog, la voilà donc qui se concrétise. Sans aucune prétention, juste pour le plaisir de partager avec ceux qui le souhaitent au détour de la toile.

Depuis que je suis maîtresse d'école, je suis très épanouie... mais il m'est arrivé de me torturer l'esprit, le soir venu, après le départ de tous les petits bambins pour savoir comment accrocher et mettre en valeur leurs oeuvres et autres créations artistiques.

Après une bataille acharnée entre crépis et pâte à fixe (ça fixe et ça refixe... tu parles !) j'ai bien failli tirer le rideau ! Et c'est précisément ce-dernier qui m'a sauvé la mise ; je m'explique.

Recette de la réussite pour accrocher des dessins gondolés sur un mur nu non punaisable :

- fouiller dans le placard de l'école (attention port du casque obligatoire et allergiques à la poussière... prévoir des mouchoirs)

- trouver un affreux (mais oh combien utile) rideau ajouré façon dentelle

- le couper selon la forme désirée

- accrocher le rideau qui servira de support aux dessins durant l'année (punaises, clous, vis) : j'avais une unique latte en bois, j'ai punaisé et patafixé le bas du rideau.

- faire peindre des pinces à linge en bois aux élèves, inscrire leur prénom dessus et vernir

- pincer l'oeuvre de l'enfant avec sa pince à linge : l'oeuvre est visible, le prénom de l'enfant est sur la pince à linge et le rideau est un support original et évolutif au fil de l'année !

 

PA051210

Du coup, je suis toute contente d'avoir allié deux passions : la couture et mon métier